Une création aux couleurs latines et aux inspirations plurielles interprétée par des maîtres musiciens à l’écoute du monde.

C’est lors d’une tournée dans les Pays baltes que Jean-Marie Machado découvre la belle sonorité du mot Majakka (prononcer Mayakka) qui signifie « phare » en finnois. Tels des guides qui éclairent son cheminement artistique, les mélodies qu’il a composées tout au long de sa carrière jalonnent son parcours musical de rêveries poétiques, de notes justes et d’harmonies aux lignes claires. Aujourd’hui réunies, elles offrent une partition superbement chantante portée par des instrumentistes (Vincent Segal, Keyvan Chemirani et Jean-Charles Richard) à la grande finesse d’interprétation et riches de multiples influences.

Riche de l’héritage pluriel de cinq musiciennes lumineuses, Atine explore la richesse poétique des sons de Perse.

En Persan, Atine signifie « réuni » mais aussi « inédit », deux mots qui qualifient bien cette musique. Nourrie des trajectoires singulières de chacune des artistes, elle offre une traversée du classicisme persan qui résonne des influences de l’Espagne, du jazz ou de l’improvisation. Les ruissellements emmêlés du târ et du qanun, l’agilité du tambour tombak, la noblesse profonde du chant sont ici moirés des reflets sombres de la viole de gambe. Un événement unique, même s’il est enraciné ; une réunion inédite qui rappelle qu’être persane tient plus à la liberté qu’à la mémoire.

Entre intime et universel, un dialogue fécond entre le souffle léger de la voix et les cordes de la kora.

Ballaké Sissoko, virtuose malien de la kora, et Piers Faccini, le songwriter folk de Londres, se livrent à une conversation musicale passionnante, au-delà des clichés. Compagnons de route, réunis par le même goût pour la rencontre, le même art consommé de l’écoute, le même talent pour interroger le monde en soi et sa place dans le monde, ils sont tous deux capables d’accoster à tous les rivages musicaux. Ensemble, ils font résonner la tradition mandingue avec l’héritage anglo-américain. Et la magie opère, sûrement, posément.

L’intensité éblouissante du fado.

Avec Fado Camões, Lina continue de marcher dans les pas de son idole, la légende Amália Rodrigues. Comme son aînée, elle rend hommage à la poésie de Luís Vaz de Camões, l’une des plus grandes figures de la culture portugaise. De sa voix à la fois délicate et puissante, elle fait vibrer ses poèmes d’amour et d’aventures. Fidèle à la tradition et sobrement moderne, elle fait le choix de l’épure et de l’émotion pour distiller les tourments de l’âme et sublimer toute la mélancolie du fado.

Un guitariste virtuose et trois vocalistes de haut vol revisitent l’univers baroque du XVIIe siècle anglais.

Après de nombreuses explorations dans les domaines du jazz, des musiques improvisées et anciennes, David Chevallier s’entoure de trois interprètes singuliers pour une relecture inédite des compositions de Henry Purcell. À ses côtés, retrouvez ainsi Anne Magouët, soprano bien connue du public du baroque dont la rigueur rythmique est aussi prisée des musiciens de jazz ; la mezzo-soprano Elise Dabrowski, aussi à l’aise dans le répertoire contemporain que médiéval et improvisatrice hors pair ; enfin David Linx, référence absolue de la voix masculine dans le monde du jazz. Ensemble, ils trouvent le juste équilibre entre respect des œuvres et audace créative.

Le cri du Caire, une ode à la liberté.

Spiritualité et liberté s’accordent dans ce voyage mystique pour porter les espoirs des peuples aux voix muselées face aux oppressions politiques, sociales et religieuses. Au souffle continu du saxophone de Peter Corser, aux cordes acérées de Karsten Hochapfel, répond la voix saisissante d’Abdullah Miniawy, jeune poète et chanteur, figure égyptienne du combat pour la liberté et la justice. Entre poésie soufie et volutes orientales, le chant virtuose, murmuré ou clamé, a des vertus hypnotiques qui nous conduisent vers la transe. Il porte en lui une puissance métaphorique qui transcende les frontières.

D’une simple sérénade, Mozart fait de la Gran Partita une symphonie de chambre qui souffle un irrésistible vent de liberté.

On dit de cette musique de divertissement qu’elle est une œuvre d’exception. Et pour cause ! Alors que la sérénade est habituellement jouée à la nuit tombée, pour se délasser les soirs d’été, Mozart en fait un exercice d’exploration de la forme, de l’écriture et de l’instrumentation. Chaque partie est destinée à un instrumentiste soliste. Au cours des sept mouvements, on entend une sonate, un menuet, un rondo et bien sûr l’adagio, l’un des plus beaux du maître, haletant tel un cœur qui bat.

Cordes sensibles, cordes dansantes ! Le violon solo de l’Opéra de Rouen vous emmène valser avec Brahms et goûter à la fantaisie de Vaughan Williams.

Cordes légères, d’abord, avec Brahms et ses valses entrainantes. Initialement écrites comme des chansons d’amour, elles nous emportent dans un tournoiement des plus légers. Cordes délicates, ensuite, frémissant dans la plus célèbre fantaisie de Vaughan Williams. Naaman Sluchin nous les fait entendre de son violon vibrant avant de faire sonner les cordes hivernales du Letton Pēteris Vasks. Elles nous enveloppent de mélancolie dans un lyrisme diffus qui rappelle les vastes paysages du Nord. Cordes chaleureuses, enfin. Respighi renoue avec la tradition musicale italienne dans ses Airs anciens.

Évadez-vous dans l’univers fantasmagorique des films de Miyazaki. Nous voici partis sur les légendaires terres nipponnes !

Ce concert nous ouvre les portes du monde merveilleux de Joe Hisaishi, compositeur des musiques des films d’animation Princesse Mononoké, Le Château ambulant et Le Voyage de Chihiro. Replongez dans les plus grands thèmes de l’imaginaire nippon qui ont fait le tour de la planète et marqué des générations. Les musiciens complètent cette échappée orientale avec l’unique et superbe quatuor à cordes de Debussy et les notes contemporaines de Wim Henderickx. Quel plaisir de suivre les sonorités du shô, cet orgue à bouche japonais qui porte en lui toute la poésie du Soleil Levant.

Les sentiments intimes de Brahms et Mendelssohn ont donné naissance à ces pièces d’une intensité expressive remarquable.

« Je me suis libéré de mon dernier amour », écrit Brahms alors qu’il termine la composition de son Sextuor n° 2. L’œuvre évoque le souvenir d’Agathe von Siebold dont il transcrit les lettres du prénom en notes au cœur du premier mouvement. Que d’effets sonores féeriques et de polyphonies dans ces pages au tempérament joyeux ! Le Quatuor à cordes est le geste d’un jeune homme de dix-huit ans qui, sous le coup de la mort de Beethoven, réinterprète l’héritage de son aîné. Mendelssohn y exprime une véhémence digne des plus grands.

Fermer

Accessibilité

L’Opéra accessible
L’Opéra de Rouen Normandie met tout en œuvre pour encourager et faciliter la venue des personnes en situation de handicap. Une tarification adaptée, des dispositifs d’accompagnement spécifiques et des lieux accessibles permettent une découverte de la saison dans les meilleures conditions.

Des lieux adaptés
Le Théâtre des Arts (entrée rue du docteur Rambert) et la Chapelle Corneille sont équipés de rampes d’accès et d’ascenseurs. Des emplacements spécifiques sont réservés aux personnes à mobilité réduite et leurs accompagnateurs. Voir la carte d’accès.

Des tarifs adaptés
Une tarification adaptée permet un meilleur accueil des personnes en situation de handicap. En savoir plus.

Audiodescription
Certaines représentations sont audiodécrites en partenariat avec Accès Culture. En amont de ces rendez-vous, nous proposons une visite tactile des décors et des costumes avec l’équipe artistique. Le jour du spectacle, le programme de salle est disponible en caractères agrandis et en braille. En savoir plus.

Loupes
Disponibles sur simple demande au vestiaire.

Gilets vibrants
Pour ressentir pleinement les vibrations d’un opéra, d’un concert ou d’un spectacle de danse, l’Opéra de Rouen Normandie met à disposition des gilets SUBPAC pour certains spectacles sur réservation. En savoir plus.

Boucles magnétiques
Des boucles magnétiques individuelles sont disponibles sur simple demande et permettent une amplification sonore des spectacles pour les personnes bénéficiant d’une assistance auditive avec position T.

Réservation SMS
Les personnes présentant une déficience auditive peuvent réserver leurs places et leurs gilets vibrants par SMS au 07 81 15 36 09.

Séances Relax
Ces représentations proposent un dispositif d’accueil inclusif et bienveillant, pour faciliter la venue au spectacle de personnes dont le handicap peut entraîner des comportements inhabituels ou imprévisibles. En savoir plus.

Surtitrage
Un surtitrage en français est proposé pour tous les opéras.

Parcours de découverte
En lien avec la programmation, ils sont proposés aux personnes présentant une déficience intellectuelle.

Séances en LSF
Certaines représentations sont traduites en Langue des Signes Française. En savoir plus.

Pour tout renseignement ou réservation, nous vous invitons à nous contacter :
Angélina Prévost – Chargée des actions culturelles
07 81 15 36 09
angelinaprevost@operaderouen.fr

Fermer
Fermer