Un voyage en Argentine sur la célèbre route nationale 40 à travers des oeuvres d’Astor Piazzolla et quelques autres de ses compatriotes.

Viva Argentina ! De La Quiaca à la frontière bolivienne jusqu’à l’extrême sud de la Patagonie, la Ruta 40 est aussi célèbre que la Route 66 aux États-Unis. S’inspirant des paysages et ambiances de ce trajet mythique, six musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie ont concocté un programme éclectique qui montre la diversité de la musique argentine. Avec leurs harpe, accordéon, trompette, bugle, guitare et cor, ils puisent bien sûr dans les célèbres tangos du plus emblématique des compositeurs argentins, Astor Piazzolla, mais ils explorent également les œuvres de ses compatriotes. Qu’il s’agisse des partitions du chanteur et compositeur Fito Paez, du musicien de jazz Dino Saluzzi, du compositeur et arrangeur Leonardo Sanchez, ou des compositeurs
de musiques folkloriques Gustavo Leguizamon et Eduardo Falu, il s’agit toujours de notes sensuelles et rythmées qui ne donnent qu’une envie : danser !

Accompagné par l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, le jeune violoncelliste Victor Julien-Lafferrière explore avec fougue le répertoire romantique.

À seulement trente ans, Victor Julien-Lafferière est l’un des plus brillants représentants de la jeune génération de violoncellistes et le premier Français à avoir remporté le Concours Reine Elisabeth de Belgique en 2017. Retrouvant l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie avec lequel il a déjà joué à plusieurs reprises, il interprète un programme 100% romantique. Aux côtés de l’œuvre de jeunesse de Brahms, la Sérénade n° 1, tour à tour rayonnante ou méditative, le violoncelliste s’attaque au redoutable Concerto pour violoncelle de Schumann. Une œuvre poétique, rêveuse et inspirée, composée en quinze jours seulement, où le violoncelle, instrument que Schumann a étudié dans sa jeunesse, exprime au plus juste le lyrisme de son âme.

Second temps fort de focus consacré à Camille Saint-Saëns, ce concert aux couleurs typiquement françaises vous invite à la découverte de ses grandes œuvres pour orgues.

Fondamentalement romantique, Camille Saint-Saëns combine avec talent les rythmes, rimes et reliefs, créant des passerelles entre les mondes. En 1887, le compositeur prolifique et pianiste prodige est le premier à réunir un orgue et un orchestre avec la création de la Troisième Symphonie.
Son utilisation de l’orgue saura vous surprendre tout comme son orchestration de Cyprès et Lauriers que Ben Glassberg dirigera pour la toute première fois de sa carrière. C’est Jean-Baptiste Monnot, organiste normand de renommée internationale, titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen depuis 2015, qui sera aux manettes de son orgue du voyage, ô combien impressionnant et exigeant, en compagnie de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et de l’Orchestre Régional de Normandie.

Concert en partenariat avec le festival Les Musicales de Normandie

Ben Glassberg vous invite pour son premier concert en public depuis sa nomination au poste de directeur musical de l’Opéra de Rouen Normandie, accompagné du jeune et talentueux violoncelliste Bruno Philippe.

Un concert placé sous le signe de la patience. Il aura fallut que le Chevalier Saint-George ressorte de son anonymat posthume, qu’Edward Elgar connaisse une traversée du désert avant d’écrire ce concerto pour violoncelle, que Johannes Brahms attende plus de 40 ans pour composer sa première symphonie et plus d’un an sans public pour que ce programme parvienne jusqu’à vous. Un concert au doux parfum de retrouvailles entre un directeur musical et son public, la musique et l’émotion.

Les Siècles s’entourent du violoniste français Renaud Capuçon pour un voyage dans l’œuvre plurielle du compositeur romantique, dont on fête en 2021 le centenaire de la mort.

Dans ce tour d’horizon des œuvres du compositeur, l’orchestre nous fera redécouvrir l’Introduction et Rondo Capriccioso, œuvre de jeunesse et l’une des plus célèbres de Saint-Saëns. La Havanaise, composée vingt ans plus tard, connut un grand succès lors de sa création en 1887.

Le Concerto n°5 pour piano, plus connu sous le nom d’« Égyptien », fut écrit pour partie lors d’un séjour à Louxor et renferme des pages d’inspiration arabisante.

Enfin, les quatre poèmes symphoniques que Saint-Saëns a composés évoquent la Grèce et l’Asie Mineure antiques d’inspiration mythologique.

Concert en partenariat avec le festival Les Musicales de Normandie

Le Palazzetto Bru Zane et l’Opéra de Rouen Normandie s’associent pour redonner vie à l’un des plus célèbres – et pourtant oublié – opéras de Camille Saint-Saëns, pour une fin de saison en fanfare, sous la direction du truculent Hervé Niquet.

Phryné fut l’un des opéras les plus joués et appréciés de Saint-Saëns jusqu’à la Première Guerre mondiale. La partition, achevée en mars 1893 à Alger, était originellement destinée au Théâtre lyrique de la Renaissance. Mais la banqueroute du directeur engagea le compositeur à se tourner vers l’Opéra-Comique où l’ouvrage fut créé le 24 mai 1893. Deux compositeurs exprimeront leur admiration à l’auteur en découvrant ce petit bijou : André Messager (« Mon Dieu, que votre premier acte est délicieux ! ») et Charles Gounod (« Merci pour ta délicieuse Phryné. Je vais l’entendre par les yeux (ces deux secondes oreilles du musicien) après m’en être grisé par les oreilles, ces yeux de la musique »). Le succès immédiat de l’ouvrage se propage rapidement dans les provinces. L’éditeur Durand se met alors en frais de traductions pour démarcher les théâtres internationaux : des chant-piano français et italien paraissent en juin 1896, puis suivra une version en allemand. La spécificité du dialogue parlé risquant de rebuter certains directeurs, André Messager compose des récitatifs qui seront publiés en août 1909 et s’imbriquent avec talent et continuité dans la musique de Saint-Saëns. C’est cette version rarissime que le Palazzetto Bru Zane et l’Opéra de Rouen proposent de redécouvrir.

Concert en partenariat avec le festival Les Musicales de Normandie

Le Concert de la Loge enflamme Vivaldi dans ce concert revisitant les célèbres Quatre Saisons.

Fondé en 2015 par Julien Chauvin, le Concert de la Loge a rapidement acquis une excellente réputation sur instruments anciens, au point de devenir l’accompagnateur privilégié d’étoiles du baroque comme Sandrine Piau. Renouant avec les usages du XVIIIe siècle sur le modèle du Concert de la Loge Olympique, commanditaire des Symphonies parisiennes de Joseph Haydn, la phalange aime concevoir des concerts originaux où genres et artistes se mêlent. C’est le cas de ce spectacle qui inclut des airs d’opéras dans les concertos pour violon.

La nouvelle génération des cordes voyage, au violoncelle et à la guitare, entre l’Europe et l’Amérique du sud.

Ils sont de la même génération, Bruno Philippe est né en 1993, Thibault Garcia en 1994, et tous deux ont déjà effectué des percées remarquées dans le monde de la musique classique. Pour ce concert en commun, les deux jeunes artistes interprètent en solo ou en duo un programme éclectique. L’Espagne – patrie de la guitare classique – y tient bien sûr une place de choix, à travers des œuvres d’Enrique Granados, Regino Sáinz de la Maza, Manuel de Falla et Gaspar Cassadó, mais aussi l’Italien Carlo Domeniconi, le Brésilien Radamés Gnatalli ou l’Américain d’origine serbe Dusan Bogdanovic. Un voyage d’un siècle des deux côtés de l’Atlantique à travers le répertoire des cordes pincées, jusqu’à aujourd’hui.

Sébastien Daucé fait revivre avec maestria les grands motets de Lalande qui ont captivé le Roi-Soleil et les cours européennes.

Il n’était pas facile pour les compositeurs de percer à la cour du Roi-Soleil, tant Lully imposait son monopole sur la musique française. L’un d’eux pourtant réussit à se faire remarquer : Michel-Richard de Lalande, un fils de tailleur formé à la maîtrise de Saint Germain l’Auxerrois. Alors que Louis XIV organise un concours de recrutement de nouveaux musiciens pour sa chapelle, c’est ce jeune homme de 26 ans qui l’emporte, débutant ainsi sa carrière à Versailles. Il constitue un répertoire de grands motets qui non seulement charment les oreilles du roi, de sa cour et du public, mais aussi de toute l’Europe. S’attachant sans relâche à faire revivre des compositeurs méconnus, Sébastien Daucé et son Ensemble Correspondances ressuscitent quelques-uns des plus beaux motets de jeunesse de Lalande, nous plongeant, le temps d’un concert, dans les fastes de Versailles.

Accompagné par l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, le jeune violoncelliste Victor Julien-Lafferrière explore avec fougue le répertoire romantique.

À seulement trente ans, Victor Julien-Lafferière est l’un des plus brillants représentants de la jeune génération de violoncellistes et le premier Français à avoir remporté le Concours Reine Elisabeth de Belgique en 2017. Retrouvant l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie avec lequel il a déjà joué à plusieurs reprises, il interprète un programme 100% romantique. Aux côtés de l’œuvre de jeunesse de Brahms, la Sérénade n° 1, tour à tour rayonnante ou méditative, le violoncelliste s’attaque au redoutable Concerto pour violoncelle de Schumann. Une œuvre poétique, rêveuse et inspirée, composée en quinze jours seulement, où le violoncelle, instrument que Schumann a étudié dans sa jeunesse, exprime au plus juste le lyrisme de son âme.

Fermer

Accessibilité

L’Opéra accessible

L’Opéra de Rouen Normandie met tout en œuvre pour encourager et faciliter la venue des personnes en situation de handicap. Une tarification adaptée, des dispositifs d’accompagnement spécifiques et des lieux accessibles permettent une découverte de la saison dans les meilleures conditions.

Gilets vibrants
Pour ressentir pleinement les vibrations d’un opéra, d’un concert ou d’un spectacle de danse, l’Opéra de Rouen Normandie met à disposition des gilets SUBPAC pour certains spectacles sur réservation.

Séances en LSF
Deux représentations de l’opéra participatif Cendrillon ou le Grand Hôtel des songes (dont une scolaire) seront interprétées en Langue des Signes Française par l’équipe de LIESSE. Rendez-vous sur notre site internet pour découvrir la vidéo des chœurs en chansigne, disponible avant les représentations.

Boucles magnétiques
Des boucles magnétiques individuelles sont disponibles sur simple demande et permettent une amplification sonore des spectacles pour les personnes bénéficiant d’une assistance auditive avec position T.

Réservation SMS
Les personnes présentant une déficience auditive peuvent réserver leurs places et leurs gilets vibrants par SMS au 07 81 15 36 09.

Surtitrage
Un surtitrage en français est proposé pour tous les opéras.

Audiodescription
En 2022-2023, cinq représentations sont audiodécrites en partenariat avec Accès Culture (Rigoletto, Le Voyage dans la Lune, Le Songe d’une nuit d’été, Serse, Roméo et Juliette). En amont de ces rendez-vous, nous proposons une visite tactile des décors et des costumes avec l’équipe artistique. Le jour du spectacle, le programme de salle est disponible en caractères agrandis et en braille.

Prochaine audiodescription : samedi 24 septembre, 18h autour de Rigoletto

Loupes
Disponibles sur simple demande au vestiaire.

Des lieux adaptés
Le Théâtre des Arts (entrée rue du docteur Rambert) et la Chapelle Corneille sont équipés de rampes d’accès et d’ascenseurs. Des emplacements spécifiques sont réservés aux personnes à mobilité réduite et leurs accompagnateurs.

Parcours de découverte
En lien avec la programmation, ils sont proposés aux personnes présentant une déficience intellectuelle.

Votre interlocutrice privilégiée pour organiser des parcours, vous informer sur la programmation, faciliter votre venue :
Angélina Prévost
07 81 15 36 09
angelinaprevost@operaderouen.fr

Fermer
Fermer