Cordes sensibles, cordes dansantes ! Le violon solo de l’Opéra de Rouen vous emmène valser avec Brahms et goûter à la fantaisie de Vaughan Williams.

Cordes légères, d’abord, avec Brahms et ses valses entrainantes. Initialement écrites comme des chansons d’amour, elles nous emportent dans un tournoiement des plus légers. Cordes délicates, ensuite, frémissant dans la plus célèbre fantaisie de Vaughan Williams. Naaman Sluchin nous les fait entendre de son violon vibrant avant de faire sonner les cordes hivernales du Letton Pēteris Vasks. Elles nous enveloppent de mélancolie dans un lyrisme diffus qui rappelle les vastes paysages du Nord. Cordes chaleureuses, enfin. Respighi renoue avec la tradition musicale italienne dans ses Airs anciens.

Une intimité bouleversante s’élève des partitions de Zelenka, le plus important compositeur tchèque de la période baroque.

Celui qu’on surnomme le « Bach tchèque » nous offre un moment d’introspection passionnant. Tirées du livre de Jérémie dans la Bible, Les Lamentations décrivent la destruction de Jérusalem et sont utilisées comme métaphore de la souffrance et de la mort du Christ. Depuis le Moyen-Âge, ces textes sont chantés dans les monastères, lors des prières nocturnes de la Semaine Sainte. En 1722, Jan Dismas Zelenka en compose une version magnétique, à l’expressivité émotionnelle saisissante. L’Ensemble Diderot et Johannes Pramsohler exhalent la grâce de ce cycle encore méconnu et à la beauté déchirante.

Évadez-vous dans l’univers fantasmagorique des films de Miyazaki. Nous voici partis sur les légendaires terres nipponnes !

Ce concert nous ouvre les portes du monde merveilleux de Joe Hisaishi, compositeur des musiques des films d’animation Princesse Mononoké, Le Château ambulant et Le Voyage de Chihiro. Replongez dans les plus grands thèmes de l’imaginaire nippon qui ont fait le tour de la planète et marqué des générations. Les musiciens complètent cette échappée orientale avec l’unique et superbe quatuor à cordes de Debussy et les notes contemporaines de Wim Henderickx. Quel plaisir de suivre les sonorités du shô, cet orgue à bouche japonais qui porte en lui toute la poésie du Soleil Levant.

Une soirée irrésistible vous attend avec ce récital proposé par Lea Desandre et le tsar du piano français, Alexandre Kantorow.

Poursuivant son ascension spectaculaire dans le monde de la musique classique, le jeune pianiste fait une escale à la Chapelle Corneille. Fulgurance et émotion en perspective ! Couronné l’an dernier d’une Victoire de la musique, il était déjà le plus jeune pianiste à décrocher le Gilmor Artist Award et le premier pianiste français à recevoir la médaille d’or du concours Tchaïkovsky. Il allie son agilité lyrique à un talent bien connu des rouennais, Lea Desandre, qui renouvelle ici sa fidélité et nous ravit de sa voix souple et chaleureuse dans un choix de mélodies françaises.

Les sentiments intimes de Brahms et Mendelssohn ont donné naissance à ces pièces d’une intensité expressive remarquable.

« Je me suis libéré de mon dernier amour », écrit Brahms alors qu’il termine la composition de son Sextuor n° 2. L’œuvre évoque le souvenir d’Agathe von Siebold dont il transcrit les lettres du prénom en notes au cœur du premier mouvement. Que d’effets sonores féeriques et de polyphonies dans ces pages au tempérament joyeux ! Le Quatuor à cordes est le geste d’un jeune homme de dix-huit ans qui, sous le coup de la mort de Beethoven, réinterprète l’héritage de son aîné. Mendelssohn y exprime une véhémence digne des plus grands.

Laissez-vous emporter par le mythe d’Orphée, une épopée musicale qui embrasse une destinée captivante.

Il n’y a pas qu’un mais bien une multitude d’Orphée, d’Orféo, d’Orpheus traversant les époques et les partitions. De Monteverdi à Byrd, de Telemann à Sullivan, des Walker Brothers à Sofia Gubaidulina, la peine et l’exil du poète ont inspiré les compositeurs. Le talentueux Benjamin Appl prête sa voix au plus humain des personnages divins qui savait, par sa lyre, charmer les animaux sauvages et qui brava les Enfers pour y chercher sa femme Eurydice, la perdant à tout jamais d’un dernier regard.

Dans ce voyage musical, Dvořák et Reich sont de formidables passeurs d’Histoire.

Sillonnons les paysages musicaux que Dvořák décrit dans son célèbre Quintette avec piano n° 2. On y entend les échos de traditions bohémiennes d’une instrumentation époustouflante. Le maître tchèque est alors au sommet de son art. Reich, quant à lui, nous emmène dans ses souvenirs d’enfant, mêlés aux témoignages de survivants de la Shoah. Une œuvre puissante, récompensée par le Grammy Award de la meilleure musique classique contemporaine en 1989.

C’est un frisson scandinave que vous promet le Graal Théâtre de Kaija Saariaho dans ce concert qui ouvre l’horizon exaltant du grand Nord.

Elle est l’une des plus grandes créatrices de notre temps. La compositrice finlandaise, disparue l’an dernier, écrit ce concerto en 1994. Une œuvre spectrale où elle donne au violoniste l’espace pour exprimer une virtuosité aussi exigeante que lumineuse et atteindre le « graal », c’est-à-dire une relation équilibrée entre le soliste et l’orchestre. Miroirs Étendus rend hommage à cette écriture contemporaine charismatique et partage la poésie d’Edvard Grieg. Les Suites adaptées de Peer Gynt et ses Six mélodies pour voix et piano révèlent l’amour du compositeur norvégien pour son pays.

Les musiciens de l’Opéra se réunissent autour d’un répertoire français enchanteur, du début du Romantisme à la période moderne.

On ne peut résister à la fluidité et au caractère enlevé du Nonetto d’Onslow. Tout semble limpide dans l’œuvre du compositeur romantique auvergnat, maître de la musique de chambre. Avec le quintette qu’il compose à vingt ans, deux ans avant de remporter le Prix de Rome, le jeune Caplet souffle un vent nouveau. Il nous livre ici une pièce scintillante qui n’est pas sans rappeler les couleurs de son ami Debussy. L’Heure du Berger de Jean Françaix complète ce programme français avec une suite miniature pleine d’insouciance et d’espièglerie.

À quoi ressemblent les différents visages de l’amour chez Lully ? L’Ensemble Correspondances répond à cette interrogation en créant une mosaïque éblouissante.

Sébastien Daucé a imaginé Louis XIV demandant à la fin de sa vie : « Messieurs les musiciens, jouez encore pour moi les plus belles scènes de Persée, le prologue d’Atys, la suite de Renaud ou la plaisante Nuit de M. de Lully ! » C’est donc une collection des plus beaux passages des chefs-d’œuvre du Florentin que nous allons entendre. Ils reflètent les différents sentiments amoureux, allant de la ferveur à l’indifférence réelle ou la légèreté feinte. De quoi savourer ce que la Cour Royale a connu de plus sublime !

Fermer

Accessibilité

L’Opéra accessible
L’Opéra de Rouen Normandie met tout en œuvre pour encourager et faciliter la venue des personnes en situation de handicap. Une tarification adaptée, des dispositifs d’accompagnement spécifiques et des lieux accessibles permettent une découverte de la saison dans les meilleures conditions.

Des lieux adaptés
Le Théâtre des Arts (entrée rue du docteur Rambert) et la Chapelle Corneille sont équipés de rampes d’accès et d’ascenseurs. Des emplacements spécifiques sont réservés aux personnes à mobilité réduite et leurs accompagnateurs. Voir la carte d’accès.

Des tarifs adaptés
Une tarification adaptée permet un meilleur accueil des personnes en situation de handicap. En savoir plus.

Audiodescription
Certaines représentations sont audiodécrites en partenariat avec Accès Culture. En amont de ces rendez-vous, nous proposons une visite tactile des décors et des costumes avec l’équipe artistique. Le jour du spectacle, le programme de salle est disponible en caractères agrandis et en braille. En savoir plus.

Loupes
Disponibles sur simple demande au vestiaire.

Gilets vibrants
Pour ressentir pleinement les vibrations d’un opéra, d’un concert ou d’un spectacle de danse, l’Opéra de Rouen Normandie met à disposition des gilets SUBPAC pour certains spectacles sur réservation. En savoir plus.

Boucles magnétiques
Des boucles magnétiques individuelles sont disponibles sur simple demande et permettent une amplification sonore des spectacles pour les personnes bénéficiant d’une assistance auditive avec position T.

Réservation SMS
Les personnes présentant une déficience auditive peuvent réserver leurs places et leurs gilets vibrants par SMS au 07 81 15 36 09.

Séances Relax
Ces représentations proposent un dispositif d’accueil inclusif et bienveillant, pour faciliter la venue au spectacle de personnes dont le handicap peut entraîner des comportements inhabituels ou imprévisibles. En savoir plus.

Surtitrage
Un surtitrage en français est proposé pour tous les opéras.

Parcours de découverte
En lien avec la programmation, ils sont proposés aux personnes présentant une déficience intellectuelle.

Séances en LSF
Certaines représentations sont traduites en Langue des Signes Française. En savoir plus.

Pour tout renseignement ou réservation, nous vous invitons à nous contacter :
Angélina Prévost – Chargée des actions culturelles
07 81 15 36 09
angelinaprevost@operaderouen.fr

Fermer
Fermer