Le célèbre Quatuor « américain » de Dvořák allie tradition tchèque et musique noire tandis que le quatuor de Ligeti rend hommage à ses racines hongroises.

Quelle joie pour Antonín Dvořák, alors directeur du Conservatoire de New York, de passer ses vacances à Spilville ! Dans cette petite bourgade de l’Iowa, il trouve nombre de compatriotes originaires de Bohème, mais aussi le calme de la campagne qui contraste tant avec le bruit et la fureur de la ville. Qui aurait cru que les chants noirs lui rappelleraient les musiques populaires de sa patrie, elles aussi caractérisées par l’utilisation de la gamme pentatonique (les touches noires du piano). On en trouve l’écho dans son Quatuor «américain», œuvre chaleureuse, spontanée et tellement lyrique – notamment son Lento qualifié de « perle authentique ».
Le Quatuor n˚ 2 du Hongrois György Ligeti, écrit à la fin des années 1960, puise lui aussi dans ses racines hongroises avec une parfaite assimilation du style de Bartók tout en affirmant un langage maîtrisé et personnel.

Programme

György Ligeti Quatuor à cordes n°2
Antonín Dvořák Quatuor à cordes « américain »

Rouen, Théâtre des Arts
Mercredi 27 avril 2022

En Famille

Distribution

16h30 Goûter
(boisson chaude offerte)
17h Concert – Rencontre
À partir de 5 ans
Tarif F

18h30 Apéro
(grignotage de pays offert)
19h Concert
Tarif E

Violons Hervé Walczak-Le Sauder, Tristan Benveniste
Alto Agathe Blondel
Violoncelle Florent Audibert

Photo
Christophe Urbain