Aux origines du quatuor à cordes, à travers des œuvres fondatrices de Haydn et du baroque anglais jouées sur instruments d’époque.

Quand on pense «quatuor à cordes », le nom de Joseph Haydn vient forcément à l’esprit, lui qui est considéré comme le père de ce répertoire. Mais Kitgut, l’ensemble fondé en 2015 par quatre solistes de talent, dont Amandine Beyer et Naaman Sluchin, violon solo dans l’Orchestre de l’Opéra, a voulu s’interroger sur les origines de cette formation de chambre. Leurs recherches nous entraînent de façon inattendue du côté de l’Angleterre baroque, d’où le titre de leur concert emprunté au King Arthur de Henry Purcell, dont on entend aussi des Fantaisies ou danses. Ses contemporains Matthew Locke (1621-1677) et John Blow (1649-1708) sont également à l’honneur, donnant un aperçu de l’écriture instrumentale à quatre voix en vogue avant l’époque classique. Un aperçu d’autant plus convaincant que Kitgut joue toutes les œuvres sur des cordes en boyau, frottées par des archets anciens.

Programme

Henry Purcell Fantazia à 4 n˚ 5 et n˚11 ; Curtain Tune on a ground, extrait de Timon of Athens ; Hornpipe, extrait de King Arthur ; Pavane ; Chaconne
Matthew Locke Curtain Tune, extrait de The Tempest ; Consort of four parts, Suite n˚ 2
Joseph Haydn Quatuor opus 71 n˚ 2

Durée
1h10

Rouen, Chapelle Corneille
Jeudi 24 février 2022, 20h

Tarif D
De 10 à 21€

Distribution

Violons Amandine Beyer, Naaman Sluchin
Alto Josèphe Cottet
Violoncelle Frédéric Baldassare

Photo
Le quatuor Kitgut en résidence à l'Abbaye de Royaumont